La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

« Politique » de l’Islam selon sa progression dans un pays

publié dans flash infos le 17 octobre 2011


Lu dans la revue de l’UNEC

Monde (ru, 16 octobre 2011) – Dans son célèbre discours prononcé à Regensburg devant ses pairs académiques en septembre 2006, notre pape Benoît XVI avait rappelé qu’un empereur de Constantinople, Manuel II Palaiologos, avait mis en relief, dans un document de l’an 1391, un lien intime entre l’Islam à la violence. Cette citation, pourtant historiquement correcte, avait soulevé les ires du monde islamique et le pape a cru devoir s’en distancer à la suite. Mais la chose était dite. Un bref regard sur le monde d’aujourd’hui confirme la clairvoyance de l’ancien empereur – et du pape.

Tant que la population musulmane ne dépasse pas 2 % dans un pays donné, ils sont, pour la plupart, considérés comme une minorité pacifique et pas encore comme une menace pour les autres citoyens : Etats Unis (0,6% de Musulmans), Australie (1,5%), Canada (1,9%), Chine (1,8%), Italie (1,5%), Norvège (1,8%).

De 2 à 5 %, ils commencent à exercer un prosélytisme envers les autres minorités ethniques et les mécontents, recrutant souvent essentiellement parmi les détenus et les bandes urbaines : Danemark (2%), Allemagne (3,7%), Royaume Uni (2,7%), Espagne (4%), Thaïlande (4,6%).

Au-delà de 5%, ils exercent une influence démesurée, qui est fonction du pourcentage de population qu’ils représentent. Par exemple, ils exigeront l’introduction de nourriture halal, en menaçant les chaînes de distribution qui s’y opposeraient . A ce stade, ils feront pression sur le gouvernement en place pour être autorisés à s’auto-gérer (dans les limites de leurs ghettos), en commençant à appliquer la Charia ou loi islamique. Pays concernés : France (8%), Philippines (5%), Suède (5%), Pays Bas (5,5%).

Lorsque la proportion de Musulmans approche 10% de la population, ils tendent à protester contre leurs conditions de vie par une recrudescence des actes de délinquance. A Paris, on voit régulièrement des incendies de voitures. Tout comportement non musulman offense l’Islam et provoque soulèvements et menaces, comme à Amsterdam en représailles contre les caricatures de Mahomet et les films sur l’Islam : Guyana (10%), Inde (13,4%), Israël (16%), Kenya (10%), Russie (15%).

Passé le seuil de 20%, les nations peuvent s’attendre à des émeutes sous le moindre prétexte, la formation de milices djihadistes, des assassinats sporadiques et des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues : Ethiopie (32,8%).

A 40%, les nations subissent des massacres à grande échelle, des attaques terroristes chroniques et une guérilla permanente : Bosnie (40%), Tchad (53,1%), Liban (59,7%).

A partir de 60%, ils subissent une persécution effrénée des infidèles de toutes les autres religions (y compris des Musulmans non pratiquants), une purification ethnique sporadique (génocide), la Charia comme arme de guerre et la Jizya ou impôt sur les indidèles : Albanie (70%), Malaisie (60,4%), Quatar (77,5%), Soudan (70%).

Au-délà de 80%, on peut observer des menaces quotidiennes et une jihad violente, des opérations de nettoyage ethnique organisées par l’Etat, même des génocides, puisque ces nations expulsent les infidèles et tendent vers 100% de Musulmans : Bangladesh (83%), Egypte (90%), Gaza (98,7%), Indonésie (86,1%), Iran (98%), Irak (97%), Jordanie (92%), Maroc (98,7%), Pakistan (97%), Palestine (99%), Syrie (90%), Tadjikistan (90%), Turquie (99,8%), Emirats Arabes Unis (96%).

Avec 100% commence une ère de « paix » : Dar-es-Salaam, la Maison Islamique de la Paix. Alors on est censé être an paix parce que tout le monde est musulman, les madrasas sont les seules écoles et le Coran la seule parole divine : Afghanistan (100%), Arabie Saoudite (100%), Somalie (100%), Yémen (100%).

En vérité, cette paix n’est jamais effective, car dans ces Etats à 100% de Musulmans, les radicaux intimident et persécutent tous ceux qui ne pensent pas comme eux, en tuant les moins radicaux pour toutes sortes de raisons.

De nos jours, 1,5 milliard de Musulmans forment 22% de la population mondiale. Mais leur taux de natalité écrase ceux des Chrétiens, Indous, Bouddhistes, Juifs et autres confessions. On s’attend à ce que les Musulmans constituent 50% de la population mondiale en 2100, si les Chrétiens ne se décident pas à leur apporter la paix du Christ.

(Données d’après le livre du Dr Peter Hammond, « Slavery, Terrorism and Islam”, Christian Liberty Books, Afrique du sud, en anglais, richement illustré, avril 2005”).

Revue-Item.com

article précédent

La découverte fondamentale de Reynald Secher

article suivant

Les juifs sont-ils responsables de la mort de Jésus, d’un déicide?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS