La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le Mystère de Christ ou Qui est le Christ?

publié dans la doctrine catholique le 17 février 2020


Le mystère du Christ.

Qui est donc ce Christ pour qui saint Paul et tant d’autres saints apôtres ont donné leur vie?

Voilà la question à laquelle je voudrai aujourd’hui répondre. Elle est capitale.

Le Christ ?

Il fait l’objet du deuxième article du Symbole des Apôtres, de notre Credo. Cet article est ainsi formulé : « Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur ».

Qui est ce Christ ? En plus d’être Fils unique du Père, Il  est  « le Sauveur ». « Notre Sauveur ». C’est le grand mystère de notre sainte religion.

C’est la première affirmation le concernant lors de son apparition au milieu des hommes. Souvenez-vous de l’affirmation des anges alertant les bergers de la naissance de l’enfant de la crèche : «…il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ Seigneur. Et voici ce qui vous en sera le signe : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche. Tout à coup se joignit à l’ange une troupe de la milice céleste, louant Dieu et disant : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ».

« Un Sauveur vous est né ». Voilà une première affirmation, une révélation capitale. Voilà comment Dieu nous parle de son Fils Jésus. Il est le Sauveur.

Que vient faire sur la terre « ce Sauveur » ? Il vient précisément opérer le salut. Le salut de qui ? Du genre humain. Le « vous » de la parole de l’ange ne laisse planer aucun doute : Ce Sauveur est pour les bergers qui représentent ici le genre humain tout entier.

« Il vous est né aujourd’hui un Sauveur ».

« Aujourd’hui », c’est donc que ce salut s’opère dans le temps. Mais ce salut qui se réalise dans le temps, dans cet « Aujourd’hui » i.e, sous Ponce Pilate, pendant que Quinrinius était gouverneur de Syrie, la Trinité l’a cependant pensé de toute éternité. Ce salut, il faut le savoir, est « le propos éternel de Dieu, antérieur même à la constitution du monde ». C’est dire que Dieu en a seul l’initiative. Ce salut, c’est le mystère du bon vouloir divin et cette volonté divine ne s’est réalisée, ne s’est décidée que d’après son bon plaisir. Saint Paul est formel : « C’est en lui (en le Christ) que nous avons la rédemption acquise par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et intelligence, en nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le libre dessein que s’était proposé sa bonté, pour le réaliser lorsque la plénitude des temps serait accomplie, à savoir, de réunir toutes choses en Jésus-Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre ».
Saint Jean déclare de la même manière : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle ».

Ce propos sauveur, que Dieu s’est fixé de toute éternité, selon une initiative par conséquent absolument gratuite, a été caché aux siècles et aux générations passées. Saint Paul est encore très clair. Il le dit toujours dans l’épître aux Ephésiens : « Ce mystère du Christ, (i.e. ce salut) n’a pas été manifesté aux hommes dans les âges antérieurs, comme il a été révélé de nos jours par l’Esprit Saint aux saints Apôtres et aux saints prophètes de Dieu » (Eph 3 5). Il est par sa nature même, inconnaissable aux hommes aussi longtemps qu’il n’est pas manifesté.

C’est donc dans le Christ que se réalise ce salut, ce bon vouloir divin. Ainsi le Christ est-il, en ce salut qu’il réalise, la manifestation de la bonté de Dieu. « Dieu a tellement aimé le monde qu’Il a envoyé son Fils unique »

Ce dessein rédempteur est donc un secret, une connaissance réservée à Dieu seul jusqu’à ce qu’il en décide la Révélation. Et, nous venons de le dire au tout début : ce n’est qu’à la plénitude des temps, à l’âge messianique, qui clôt l’histoire de l’humanité, que Dieu en a décrété l’exécution et la révélation. Saint Paul est encore formel « C’est en lui – i.e. en le Christ que nous avons la rédemption acquise par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et intelligence, en nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le libre dessein que s’était proposé sa bonté, pour le réaliser lorsque la plénitude des temps serait accomplie, à savoir, de réunir toutes choses en Jésus-Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre ». (Eph 1 10)

C’est donc  en le  Christ que se réalise ce secret, ce mystère  de Dieu.

Mais quel est donc l’objet, le contenu de ce mystère ?

C’est précisément le Salut, c’est-à-dire la Vie Eternelle qui commence dès ici-bas par la connaissance de la vérité et qui est comme une récompense de l’amour que l’on a pour Dieu. Et comment ne pas aimer Dieu qui a conçu pour nous, à notre avantage, un tel mystère, celui de notre Vie Eternelle, celui de notre Salut. Le contenu du mystère c’est le bonheur du ciel et l’ensemble des moyens infiniment variés de miséricorde par lesquels Dieu entend nous conduire à cette rédemption consommée.

Mais parmi tous ces moyens, il y a un moyen essentiel, hors pair, qui est au centre de tout, vers lequel tout converge, c’est le Christ Jésus qui veut être connu et aimé. A tel enseigne que saint Paul peut résumer le mystère du Salut au Christ même, à sa personne, à son avènement sur la terre, à son rôle salutaire. Il est le Sauveur. Il est donc celui qui m’ouvre le ciel. Il est ainsi en moi, « l’espérance de la gloire ». Le Christ est celui donc qui réalise, qui exécute le dessein salvifique de Dieu. De fait, si Dieu veut sauver tous les hommes et les faire parvenir au ciel, c’est le Christ qui réalise ce plan, ce vouloir divin.

Précisons encore : ce Salut en le Christ ne se limite pas au seul peuple juif. Il est universel. Juifs et Gentils sont l’objet de ce salut. Saint Paul est formel dans son épître aux Ephésiens : les païens sont admis au même héritage que le peuple élu, à posséder les mêmes dons spirituels, à constituer avec eux un même corps, donc à participer à une même Eglise. La formule la plus complète du mystère est toujours donné par saint Paul aux Ephésiens en son chapitre 1 verset 10 : « C’est en lui que nous avons la rédemption acquise par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et intelligence, en nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le libre dessein que s’était proposé sa bonté, pour le réaliser lorsque la plénitude des temps serait accomplie, à savoir, de réunir toutes choses en Jésus-Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre ».

Ainsi dans son dessein de salut, Dieu a-t-il décrété que le Christ Seigneur serait le centre, le lien vivant, le principe de convergence, d’harmonie et d’unité de toutes les créatures quelles qu’elles soient, terrestres, humaines et célestes.

Ainsi si vous me demandez à la fin de cette réflexion sur le «mystère du Christ » ce qu’est l’Evangile du Christ, la Bonne Nouvelle du Christ ? Je vous répondrais, avec Saint Paul, qu’il est « l’Evangile de votre Salut », qui consiste en la Vie Eternelle.

Vous reconnaîtrez, je pense, que les notions de mystère de Dieu, de salut, de Christ, d’Evangile, et même d’Eglise, de prédication et de sacerdoce coïncident parfaitement. Elles ont toutes le même objet : le Christ. Le Christ est la composante du mystère, c’est l’objet même de l’Evangile, le thème essentiel de la prédication, la vérité prêchée par le sacerdoce, la vérité dont l’Eglise a la charge et la garde obligée, que le sacerdoce, dans l’Eglise, met en œuvre. Y adhérer par la foi, c’est s’insérer dans le plan de Salut et obtenir la Vie Eternelle. « Il n’y a pas d’autre nom que le nom du Christ par lequel nous puissions être sauvés » affirma Saint Pierre, le jour de la Pentecôte.

Dès lors on ne saurait trop se convaincre que l’objet de la prédication du prêtre ne peut être que de prêcher Jésus-Christ, d’exposer le mystère du Salut opéré par le Christ et dans le Christ. N’attendez pas autre chose du prêtre. Il ne vous prêchera pas d’abord un ordre politique, un ordre social, il ne vous enseignera pas une doctrine syndicale, il ne fera pas avec vous une étude sociologique du monde contemporain. Il vous prêchera le Christ. Comme le dit saint Paul : « Qu’il me soit donné d’ouvrir les lèvres et de prêcher avec liberté le mystère de l’Evangile, à l’égard duquel je fais fonction d’ambassadeur » (Eph 6 18-20)

C’est dire aussi que si ce mystère fut un temps « caché » en Dieu, il est maintenant dans l’Eglise révélé au grand jour, depuis le jour de la nativité. Il est aujourd’hui divulgué, publié, mis en lumière, annoncé, manifesté. Il est venu jusqu’à nous, jusqu’à vous, mystérieusement mais essentiellement par l’Eglise, par les apôtres. L’Eglise est apostolique. Vous le recevez dans l’Eglise et par l’Eglise.

Et cette révélation par l’Eglise est, en conséquence, le couronnement du mystère. Car le Christ et sa rédemption ne nous, ne vous sauveraient pas s’il ne vous étiez pas annoncé. C’est par l’Eglise que vous recevez, que nous recevons la communication de ce mystère sotériologique i.e. de salut. Vous êtes instruits, tous, de ce salut par l’Eglise. L’Eglise contient en effet la Révélation du Christ, de l’Evangile. Elle continue cette Révélation et prolonge, dans le temps, ce salut. Elle est même le lieu permanent de cette activité salutaire. C’est pourquoi nous lui en savons gré !

Et si je voulais résumer tout ce que je viens de dire, je ne pourrais mieux faire qu’en citant l’Epître aux Ephésiens dont je vous recommande la lecture dès maintenant :

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis dans le Christ de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les cieux !
C’est en lui qu’il nous a choisis dès avant la création du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant, dans son amour, prédestinés à être ses fils adoptifs par Jésus-Christ, selon sa libre volonté,
en faisant ainsi éclater la gloire de sa grâce, par laquelle il nous a rendus
agréables à ses yeux en son [Fils] bien-aimé. C’est en lui que nous avons la rédemption acquise par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et
intelligence, en nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le libre dessein que s’était proposé sa bonté, pour le réaliser lorsque la plénitude des temps serait accomplie, à savoir, de réunir toutes choses en Jésus-Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. C’est aussi en lui que nous avons été élus, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, pour que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré dans le Christ. C’est en lui que vous-mêmes, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, c’est en lui, que vous avez cru et que vous avez été marqués du sceau du Saint-Esprit, qui avait été promis, et qui est une arrhe de notre héritage, en attendant la pleine rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire ».
(Eph 1 3-14)

 

Revue-Item.com

article précédent

L’Exhortation post-Synodale: Après la présentation de Jeanne Smits, cette de la FSSPX

article suivant

La vérité

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

- Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription (année 2020). Cliquez ici.
- Restauration de la Chapelle, retraites, accueil de pèlerins et séminaristes : découvrez les activités du Couvent Saint Paul repris par l'Abbé Aulagnier en juin 2019. Couvent Saint-Paul (Thiviers, Dordogne)